VILLAGE DE HOMPRE

hompre-paysage
Village bien pourvu de fermes cossues du début du XIXes aux abords de l’église. Quelques fermes aussi, de part et d’autre du chemin remontant de l’autre côté du ruisseau.

Eglise paroissiale St-Hubert. Sanctuaire à réminiscences néo-gothiques, édifié vers 1903-1904 sur les plans de l’architecte L.J.Van de Wyngaert. Moellons de grès et calcaire sous ardoises.

N°2. Petite ferme en moellons enduite et blanchie, de la deuxième moitié du XIXes, apparemment établie en deux temps : logis à droite, étable sous fenil à gauche. Pour ce logis, une porte plus deux travées de fenêtres sur deux niveaux en façade, une travée de deux fenêtres sur deux niveaux pour la pièce arrière sous pignon : Hauts encadrements calcaires à linteau bombé avec clé. Bâtière de fibrociment à croupettes épousant l’angle du logis, poirier en escalier, au tronc chaulé. Dépendance à route, dans le pré contigu bordé de haies vives.

N°9. Ancien moulin de Hompré.

Construction cimentée sous toiture de fibrociment à croupes, datée « 1847 » par gravure au linteau de grès de l’entrée. Dépendances en vis-à-vis.

N°12-13. En contrebas de l’église, grande ferme cimentée du XIXes sous bâtière de fibrociment à croupettes. Logis à droite, peut-être en deux temps, sur deux niveaux. Etables sous fenils à gauche, ouverts de nombreuses baies en façades.

N°14. Ferme quelque peu transformée par rapport de la précédente. Généralement conservés, encadrements échancrés de grès peint pour deux travées sur deux niveaux de fenêtres du logis à gauche. Dans l’angle formé par l’avancée des locaux agricoles, encadrement d’entrée en grès profilé : gravé à la clé du linteau bombé, millésime «1789 » datant de la construction.  Sur les bâtières peut-être jadis coupées de croupettes, chèbrins, fibrociment et tôles ondulées.

N°15. Elément volumétrique de ce noyau villageois, ferme enduite et blanchie puis partiellement essentée de plastique, datée « 1840 » au linteau d’entrée de son logis.

N°16. Longue ferme de moellons jadis entièrement enduite et blanchie, datée « 1838 » au linteau d’entrée de son logis à gauche. Pour celui-ci, trois travées de largeur irrégulière sur deux niveaux de baies à linteau droit sous corniche en façade cimentées, deux travées sur deux niveaux de fenêtre sans corniche à l’arrière. Bâtière de fibrociment avec croupette sur le pignon gauche où s’ouvrent deux fenêtres de comble.

Suite de locaux agricoles partiellement transformés : baies encadrées de moellons, en arc surbaissé, sur deux niveaux. En face, du XIXes, également courte dépendance en moellons enduits et blanchis, sur deux niveaux.

N°18. Ferme datée « 1849 » par gravure au linteau de l’entrée et « 1850 » par ancres au linteau de la façade. Corps de logis en moellons de grès : quatre travées sur deux niveaux de baies à encadrement rectangulaire de grès verdâtres, mouluré à l’appui ; bâtière de fibrociment avec croupettes. Au-delà d’un accord de maçonnerie, à gauche, locaux agricoles à peine plus jeunes, alignant sur deux niveau les baies cintrées et surbaissées en moellons de deux étables et de bergerie sous fenils ; légèrement plus basse que celle du logis, bâtière de tôles profilées récentes, avec croupettes.

Haute dépendance en moellons toute proche, pourvue d’oculi.  Fin du XIXes ( ?)

N°20. Ferme parallèle en moellons de grès schisteux sous toiture de fibrociment. Millénaire du XIXes. Bergerie et deux étables sous fenils à gauche, logis transformé à droite. Entrées cintrées surbaissées en moellons. Apprentis tardifs de chaque coté.

Translate »
X