JUSERET

Chapelle St-Joseph.

Edifice néo-gothique en grès et calcaire, bâti en 1906 sur les plans de l’architecte Wurth.

N°12. Château-ferme du Monceau.

En bordure est du village, ferme en quadrilatère, en schiste crépi (tant du côté cour, comme aujourd’hui, que jadis sur les murailles extérieures, talutées et presque aveugle), édifié sans doute à la fin du XVIIes (vers 1699 ?) et en plusieurs temps, puis légèrement remaniée au cours du XVIIIes.

Propriété de la famille du Monceau depuis le XVIes au moins, le lieu, rebâti entre-temps, fut consacré, dans le courant du XVIIIes et désormais exclusivement à l’exploitation rurale.  Implantée à mi-pente, volumes étirés, disposés en carré, jadis ceinturés de fossés qu’on devine encore aujourd’hui. Trois ailes plus une quatrième incomplète (aile sud), enserrant une cour partiellement pavée. Front nord garanti par deux tours quadrangulaires construites sur les angles.

Aile ouest regroupant le logis, une étable et l’accès dans la cour. Porche à plafond plat, ouvert par deux portails surbaissés par impostes saillantes et cadres chaînés (XVIIIes). Vantaux disparus. Au-delà d’une couture dans la maçonnerie, logis de deux niveaux, aux ouvertures remaniées au rez-de-chaussée, hormis les deux portes chaînées, surbaissées à clé et biseautées.  Baie de même type, murée à droite. Trois fenêtres à linteau droit, postérieures (XVIIIes).  Entre le porche et l’habitation, étable desservie par une porte surbaissée à clé et éclairée par une fenêtre rectangulaire. Haut étage sous comble recevant le jour par cinq petites baies rectangulaires que surmonte un rang de modillons. Ouvrant sur l’extérieur du quadrilatère, deux fenêtres tardives.  Bâtière d’ardoise et de fibrociment, à croupe et léger coyau.

En retour d’équerre au sud, ancienne chapelle surmontée d’un niveau d’habitation. Rez-de-chaussée éclairé par deux hautes fenêtres chanfreinées en plein cintre, plus une troisième à linteau droit sous arc de décharge en mitre. Deux fenêtres rectangulaires à l’étage. Bâtière d’éternit. Le reste de cette aile a disparu. Diverses annexes ont été montées sur son tracé. A imaginer, dans l’angle sud-est, l’emplacement du second porche livrant accès aux prés et champs.

Aile est où sont groupées quatre étables sous fenil, que desservent autant de portes surbaissées et chaînées, flanquées de petites fenêtres à linteau droit. Ouvertures modifiées dans la zone de droite, de même que les baies de fenil, abaissées ou exhaussées. Arcs de décharge sur toutes les ouvertures rectangulaires. Longue bâtière d’ardoises à croupe et léger coyau. A noter, dans l’angle nord-est, une cinquième porte, semblable à ses voisines, et desservant cette zone d’intersection des volumes.

Aile nord abritant les granges et la bergerie, dont la façade est à nouveau fort bien structurée : trois portails surbaissés, harpés ou chaînés, celui de la bergerie au centre, et flanqués chacun de fenêtres à linteau droit déchargé par un arc. Fenêtres extrêmes gauches et droites transformées en porte. Longue bâtière d’ardoise à coyau. Sur les angles de cette aile nord, deux tours défensives, carrées, comptant trois niveaux.

Murs des étages percés de petites meurtrières. Toitures pyramidales d’ardoises à léger coyau, piquées d’une girouette peut-être armoriée.

N°42. En léger retrait, ancienne ferme en schiste jadis crépi, de la deuxième moitié du XVIIIes. A droite, logis de deux niveaux sur caves et trois travées de baies faussement bombées. Incluse au centre, derrière quatre marches, porte à baie d’imposte barlongue sous larmier et au cadre mouluré ; traverse dont la clé pendante et saillante affiche dans un panneau écorné le millésime « IHS 1772 ». Fenêtre à encadrement de bois au-dessus de la porte. Même matériaux pour les deux petites fenêtres du pignon droit. Nouvelle bâtière de fibrociment à croupette. Prolongeant le volume, dépendance allongée tardivement, alignant trois étables sous un haut étage de fenil. Baies à linteau surbaissé en brique. Trace de l’ancien portail muré de la grange, déplacé à l’arrière. Bâtière de fibrociment ondulé. Adossée au mur pignon gauche, ancienne bergerie au portail surbaissé en schiste clavé.

 

Translate »
X